Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Vote utile

Aux prochaines élections présidentielles 2012, il n'y aura pas 36 votes utiles possibles. Au premier tour, le seul vote utile, c'est celui qui fera barrage à celui qui a déshonoré la droite par ses invectives, son impuissance et son allégeance à la Finance. Le seul vote utile, c'est voter contre Nicolas Sarkozy.

Quel dommage que les élites passées de la droite intègre et potable n'aient pas pensé ni osé créer un Front de droite. Il serait le second ou le troisième homme/femme, en lieu et place de Le Pen.

Cette frilosité de la droite anesthésiée par le sarkozysme laisse un boulevard à l'extrême droite. Nicolas Dupont s'en trouve satellisé.

Vote utile : nombre de chiraquiens voteront Hollande, quelques UMP voteront Dupont, de distraits rêveurs voteront Bayrou. Les plus moroses voteront Mélenchon. Et c'est très bien. En route pour le changement.

Les rebelles de la petite et de la grande couronne

Je viens de lire un article de Marie-France Etchegoin dans le Nouvel obs. En voici la copie commentée (en gras, ou bold pour les âmes sensibles).

«Même dans le «9-2», ces Hauts-de-Seine (petite couronne de l'Ile-de-France), fief historique de la sarkozie (Et la Pasquasie alors ?), on trouve des grognons. Par exemple, Laurent Martin de Saint-Léon (il n'est pas plus grognon qu'il ne possède de particule), adjoint au maire d'Asnières (sur Seine depuis 1968), Manuel Aeschlimann (un très proche du président (rien n'est moins sûr)... Récemment, le chef de l'Etat (ou plus exactement : de l'État UMP) est venu assister aux voeux du conseil général (qu'il présidait avant son élection à l'Elysée), lançant aux élus : «Je ne vois pas ce qui m'interdirait de venir chez mes amis.» Laurent Martin de Saint-Léon (sans particule), qui a une haute idée des institutions (il a surtout des valeurs républicaines et des convictions), s'interroge : «Est-il président de la République ou président des amis ?» L'adjoint a quitté l'UMP (ce n'est pas l'adjoint qui a quitté l'UMP, c'est le citoyen) pour rejoindre Nicolas Dupont-Aignan, ex-UMP lui aussi, fondateur de Debout la République et député de l'Essonne (grande couronne !). Le gaullosouverainiste (terme imbécile et réducteur), qui reproche à Nicolas Sarkozy d'avoir renoncé au référendum sur l'Europe dans un livre qui paraît cette semaine («le Coup d'Etat simplifié», Editions du Rocher), dit aussi très haut ce que pas mal d'élus de droite (et de gauche) commencent à penser (faux : ils l'ont pensé et dénoncé depuis le début de cette forfaiture) tout bas (parce que la presse aux mains des marchands de canon et de béton refuse de leur donner la parole): «Les Français étaient prêts à accepter le «bling-bling» à condition de résultats. Aujourd'hui, ils ont le «bling-bling» sans les résultats... Quand est-ce que Nicolas Sarkozy arrêtera de jouer à la Game Boy pour devenir enfin un président ?»

Laurent Martin Saint Léon est donc adjoint au maire d'Asnières (vous savez ! Aeschlimann, mis en examen pour complicité de favoritisme dans l'attribution d'un marché public, ce même maire qui a encore plus récemment organisé l'opacité du bilan de sa gestion en n'osant pas publier les observations de la Chambre Régionale des Comptes dans le délai autorisé avant les élections municipales 2008). Martin Saint Léon représentera demain, s'il figure sur la liste «Asnières en marche arrière» d'Aeschlimann, la rare caution intègre d'une municipalité sortante népotique, communautariste et clientéliste. Soupir.

Le divorce de Nicolas et Cécilia Sarkozy est anticonstitutionnel

Le rédacteur suprême de DÉSINFORMATIONS.COM vient de commettre un article hilarant que je ne résiste pas au plaisir de vous le faire partager. Si vous ne connaissez pas Désinformations.com, cette publication est le site satirique francophone de bon goût dont toutes les informations sont fausses. Voici l'article, in extenso :

La séparation du couple le plus glamour de l'histoire de l'Elysée n'en finit pas de poser des problèmes inédits aux constitutionnalistes. Selon Maître Pierre-Jean Dubonchoix, professeur de droit constitutionnel à l'Université Libre Désinformée de Bordeaux-Pessac, il est "totalement impossible" que le couple Sarkozy puisse divorcer tant que le mandat de Nicolas Sarkozy n'est pas terminé du fait de l'immunité présidentielle reconnue par la jurisprudence du Conseil Constitutionnel.

Pour Maître Pierre-Jean Dubonchoix, qui est conseiller auprès de la commission Balladur sur la réforme des institutions, l'impossible divorce est entraîné par l'interdiction donnée à tout juge de se prononcer sur le Président de la République.

"Depuis la jurisprudence Chirac qui a précisé la lecture que nous devons faire de l'article 68 de la Constitution instituant l'immunité du Président de la République", nous a expliqué Maître Pierre-Jean Dubonchoix, "aucun juge, même aux affaires familiales, ne peut convoquer et a fortiori entendre Nicolas Sarkozy".

Pour le professeur de l'Université Libre Désinformée de Bordeaux-Pessac, il est donc clairement établi que "la loi fondamentale interdit le divorce du couple présidentiel". Ce d'autant plus, ajoute-t-il, que les faits qui seraient reprochés à Nicolas Sarkozy par son épouse dans le cadre d'une éventuelle requête de divorce ne pourraient s'être déroulés, "par nature", que dans le cadre de l'exercice des fonctions présidentielles, puisque le couple était encore uni et "s'aimait ostensiblement après le 6 mai 2007", jour de l'élection de l'ex plus petit flic de France.

La situation est telle que Nicolas Sarkozy ne pourrait s'en remettre qu'à la Cour de Justice européenne pour obtenir la condamnation de France pour non jugement de sa requête de divorce.

La difficulté constitutionnelle s'ajoute donc aux tracas politiques auxquels est confronté le palais de l'Elysée depuis qu'il doit répondre quotidiennement aux questions des journalistes accrédités sur les rumeurs de divorce.

Très affecté par "cette ambiance de merde", Nicolas Sarkozy s'en serait pris à son prédécesseur : "Chirac aura vraiment tout fait pour m'emmerder", s'est-il exclamé en rentrant hier soir de son jogging, "aller jusqu'à inventer cette foutue immunité, c'est de la perversion !".

David Martinon, porte-parole de l'Elysée, démentira notre désinformation toutes les heures à compter de sa mise en ligne.

source : www.desinformations.com

Rupture : Sarkozy a trouvé le bon Fillon

L'ancien ministre des affaires dites sociales, François Fillon, a été nommé jeudi 17 mai premier ministre par Nicolas Sarkozy. La passation de pouvoirs entre le premier ministre sortant, Dominique de Villepin, et son successeur est prévue à 11 heures. On prend les mêmes et on recommence : rupture ?

Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen

Marine Le Pen figure-t-elle sur la liste des ministrables de Nicolas Sarkozy si ses machines électroniques à voter lui permettent logiquement de se faire élire à la présidence de la République ?

marine le pen

Il est certain que sur 15 ministres (un gouvernement de junte), sa nomination ferait de l'effet ! Devinette : Plantu (le dessinateur du quotidien Le Monde) fera voler combien de mouches sur la tête de Nicolas Sarkozy ? Aucune, il aura été viré avant, comme le mec de Paris Match.

Dimanche, comme la Ligue des Droits de l'Homme, je vote Ségolène Royal.

Hauts-de-Seine : Philippe Courroye nouveau procureur ?

Bernard Pagès, actuel procureur de la République de Nanterre, passe à la Cour de Cassation. Signé lundi dernier par le président de la République, le décret (NOR JUSB0610797D) a été publié au Journal officiel avant-hier : Bernard Pagès est ainsi nommé avocat général à la Cour de cassation. Il devrait être remplacé très très rapidement par Philippe Courroye (il a instruit l'affaire du trafic d'armes vers l'Angola - Angolagate -, le financement du RPF et le volet français de l'affaire Pétrole contre nourriture). Également nommée : Marie-Bénédicte Maizy, vice-présidente au tribunal de grande instance de Nanterre, chargée du service du tribunal d'instance d'Asnières-sur-Seine (décret NOR JUSB0610800D)

Mourad Ghazli aligne Nicolas Sarkozy

Dans le magazine Le Choc du Mois, Mourad Ghazli (Parti radical UMPiste) s'intéresse à Nicolas Sarkozy auquel il reproche d'avoir manqué de respect aux familles modestes en déclarant vouloir passer des quartiers au Kärcher : «Nicolas Sarkozy dit qu'il faut aimer la France ou la quitter. Mais c'est lui qui déteste la France, qui l'insulte lors d'un voyage officiel à Washington [...], qui la fait huer en Afrique et qui veut l'aligner sur le modèle américain qui ne sera jamais le nôtre. Alors, si Sarkozy hait tant la France, qu'il la quitte, comme il dit !»

Asnières : Rachid Nekkaz revendique 514 signatures

Rachid Nekkaz, candidat «indépendant» à l'élection présidentielle, revendique 514 signatures, dont zéro d'élus de banlieue... Afin de financer les frais de sa campagne, il a dû se résoudre à vendre sa maison d'Asnières-sur-Seine.

Hauts-de-seine : 123 000 nouveaux électeurs

Entre le 28 février 2006 et le 10 janvier 2007, le département des Hauts-de-Seine recense près de 123 000 électeurs de plus, une progression de 14,32 % sur les listes électorales. La fédération des Hauts-de-Seine de l'UMP sarkozyste enregistre nettement moins de nouveaux militants. Quelque part, c'est rassurant.


Page précédente | Page suivante


Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

1357v