Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Bientôt la douche ?

La presse nous informe que le ministère national-sarkozyste de la santé a passé une commande de 50 millions de doses de vaccin contre la grippe A à un laboratoire (heureux laboratoire). Le site du Nouvel Observateur qui relaie l'information du Journal du Dimanche précise que, « selon Anne Laude, codirectrice de l'Institut droit et santé à l'université Paris-V-Descartes, personne "n'aurait droit de refuser, sauf contre-indication médicale" cette vaccination. »

Nombre de vaccins ont démontré ces derniers temps, parfois après des années, qu'il étaient vecteurs de mort. Je ne parle pas des hormones de croissance et du prion, ni du sang contaminé, ni du talc Morhange, ni du Chloranphénicol. Chers laboratoires.

Georges Darien disait : «Les moutons se rendent courageusement à l'abattoir.» Dans quelques mois, des dizaines de millions de Français (et pourquoi pas d'Étrangers, ya pas de raison !) seront conviés manu militari à se faire vacciner comme des porcs ? S'ils refusent, que se passera-t-il ? Que va-t-on leur faire ? Va-t-on leur dresser des bûchers comme aux vaches britanniques ?

Proposons que cette grande piquouze soit réservée en exclusivité à l'élite UMP. Et comme de bien entendu, sous le contrôle d'huissiers délégués par la Perfide Albion, amie fidèle et séculaire de l'État français. Non, le fascisme ne passera pas.

Appel à la Vigilance Républicaine

Les soussignés se réclament de sensibilités très diverses, et ils ont sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes, mais ils ont malgré tout en commun un certain nombre de convictions et de valeurs qu'ils entendent réaffirmer.

Leur attachement au principe républicain et, en conséquence, leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective.

Leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante, gage de la paix civile.

Leur attachement à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information.

Leur attachement aux grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans, au-delà des clivages partisans, une politique étrangère digne, attachée à la défense du droit des peuples et soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXI° siècle.

Au-delà de leurs divergences, les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l'Histoire de la République.

Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général de Gaulle
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre
Ségolène Royal, ancien ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes
François Bayrou, ancien ministre, député des Pyrénées-Atmantiques
Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre
Corinne Lepage, ancienne ministre
Nicolas Dupont-AIgnan, député de l'Essonne
Bertrand Delanoë, maire de Paris
Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher
Nöel Mamère, député de la Gironde
Jean-Christophe Lagarde, député de la Seine-Saint-Denis
Marielle de Sarnez, conseillère de Paris
André Gérin, député du Rhône
Arnaud Montebourg, député de la Saône-et-Loire
Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Loire
Jean-Pierre Brard, député de la Seine-Saint-Denis
Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d'études et de recherches gauliennes

Source: Marianne

Nota Bene : depuis 2003, le site asnierois.org alerte les habitants d'Asnières-sur-Seine, le laboratoire des idées de Nicolas Sarkozy sur ces dérives inquiétantes, odieuses et dramatiques.

Comment anesthésier une nation

Techniques de manipulation des masses

Cette liste a été élaborée à partir d'événements observés, et d'analyses publiées ça et là sur Internet. Son objectif : faire mieux comprendre les techniques de manipulation des masses utilisées actuellement en France et de par le monde, afin de sortir de l'impasse dans laquelle essaient de nous enfermer ceux qui se prennent pour l'élite mondiale. Malhonnêteté, hypocrisie et mensonge sous toutes les formes possibles. Tout enrichissement ou précision sur ce texte est bienvenue.

L'article orginal est consultable à cette adresse : novomondo.stumbleupon.com.

1. Effet Vitesse

  • Ca a l'air d'un gag, mais non ! Aller plus vite dans les actions que la possibilité de réaction des intellectuels, c'est dans doctrine de Karl Rove, conseiller de GW Bush.

2. Effet Table rase

  • Eliminer les acquis sociaux ou les traditions de solidarité, en utilisant avec opportunisme tous les thèmes de propagande possible, (voire en exploitant ou provocant des catastrophes - financières, détournement des budgets de la sécu en France - naturelles - violences intérieures - guerres).
  • Enlever les budgets des sciences sociales... dangereuses.
  • Semer la confusion dans les repères historiques en se réclamant de courants antagonistes (Jaures, lettre de Guy Môquet, etc.).
  • La systématisation mondiale de l'effet table rase par les néo-cons a été largement décrite par Naomi Klein.
  • Il permet la mise en place de politiques ultra-libérales et d'états policiers, où la loi du marché, loin d'être libre est systématiquement détournée par des lois pilotées par les lobbies.

3. Effet Ecran total

  • Contrôler la presse et l'occuper avec des sujets émotionnellement forts afin d'éviter que les sujets de fond émergent (Traité Européen, Code du travail, réforme de la constitution, érosion des libertés, participation de la France aux guerres en cours, programme de missiles nucléaires balistique français...)
  • Développer le culte de la personnalité en faisant attention a ne montrer que d'évidentes qualités et être l'homme de toutes les situations.
  • Emouvoir les foules avec ses malheurs.
  • La distribution de journaux gratuits que la foule lit et qui distillent une pensée unique accentue cet effet.

4. Effet Démagocratie

  • Faire disparaître progressivement la démocratie, en éludant les choix fondamentaux (pas de consultation électorale), en éliminant les partis gênants pour les gros intérêts (asphyxie du Modem), en réduisant le choix à deux alternatives qui se distinguent peu, en réduisant la liberté d'expression (pressions, lois etc.), en ramenant les débats à des phénomènes à sensation.
  • Brouiller les pistes en ramenant les opportunistes de l'ancien camp adverse.
  • La démocratie ne permettra jamais à l'ultra-libéralisme de se généraliser. C'est le constat de l'école économique de Chicago.

5. Effet Ego

  • Déculpabiliser l'égoïsme et l'élever au rang de valeur, c'est la meilleure arme contre la solidarité.
  • La réussite personnelle c'est pour tout le monde (mais en réalité il y aura peu d'élus et ils le sont déjà).
  • Montrer l'exemple sans complexes ...

6. Effet Attaques personnelles

  • De nombreux cas de menaces directes de personnes ont été relatés.
  • Discréditer les concurrents sur le plan personnel en les mouillant dans des affaires louches (Clearstream)

7. Effet Bande de Gaza

  • Surtout ne rien faire qui soit une solution de fond et pas seulement répressive au problème des banlieues. Au contraire couper les vivres.
  • On a besoin de ces zones de non droit pour justifier la politique répressive.

8. Effet Complication

  • Proposer des textes trop complexes pour être appréhendés par le commun des mortels (Traité Européen, Code du travail, révision constitutionnelle, ..), en les présentant comme des textes simplifiés.
  • Faire croire que c'est dans l'intérêt général alors que les modifications profitent massivement aux classes privilégiées ou aux gros intérêts multinationaux.
  • Se débrouiller pour que les situations soient suffisamment complexes pour que les personnes ne sachent pas identifier la cause réelle de leurs problèmes et gardent la tête sous l'eau.

9. Effet Identité

  • Encourager les courants corporatistes ou identitaires (géographiques, religieux, ethniques, médicaux, etc.) de façon à saper la solidarité globale.
  • Préférer le cas par cas aux solutions générales.

10. Effet QI bas

  • Il faut arrêter de réfléchir. Le gouvernement vous l'a dit maintes fois par la voix de ses ministres !
  • Les intellectuels sont les mauvais français (discours Sarkozy aux US).
  • Par ailleurs en avançant caché, NS peut prétendre avoir une stratégie simple.

11. Effet Bouc émissaire

  • Si il y a un problème c'est qu'il y a un vilain qui a abusé de la situation (entendez parmi nous, pas parmi ceux qui organisent et profitent).
  • Et comme c'est ni vous ni moi, faire accepter que c'est totalement inadmissible, bien sur.
  • En attendant c'est vous et moi qui allons payer.

12. Effet Victime

  • Honte à celui qui critique alors que l'action bat son plein pour résoudre les problèmes.
  • De plus il faut tous les moyens pour agir (éroder la séparation des pouvoirs, législatif-exécutif).

13. Effet Accusateur

  • Celui qui accuse en premier c'est le justicier.
  • Et c'est tellement confortable et efficace d'accuser les autres de ce que l'on ne veut pas montrer de soi : injustice, étranger, problèmes psychologiques, profiteurs, racailles, voyous etc.

14. Effet tous coupables

  • Culpabiliser les citoyens sur la pollution... la santé... etc.

15. Effet Justice

  • Brandir la justice pour mieux la désosser, en faisant oublier que la justice ne peut pas exister si il n'y a pas une base de solidarité sociale.
  • La justice dans une société basiquement injuste n'est qu'un simulacre.

16. Effet Inversion

  • Inverser les jugements. Si on prend un peu aux milliardaires c'est une injustice. Si nous prenons aux autres c'est parce que le voisin a abusé et c'est normal.

17. Effet oui-non

  • C'est oui ou c'est non. Prendre position sur tout, même les sujets mal posés (il suffit de poser les sujets de façon partielle ou incomplète) et si vous n'êtes pas d'accord, sortez.
  • Les réflexions médianes sont exclues, ce qui crée d'office les courants extrémistes.

18. Effet peur et sécurité

  • C'est celui qui est le plus évident. Sur la vague du 9/11, installer des caméras partout, contrôler les communications sur Internet, généraliser les fichages ADN, enlever le poids légal de la présomption d'innocence (sauf pour ceux qui gouvernent bien sur) etc.
  • Attention aux nouvelles technologies traceuses (puces RFID, Windows Vista, DRM etc.). Attention aussi aux nouveaux risques d'attentats (L'Europe est officiellement la nouvelle cible du soi-disant Ben Laden)

19. Effet force

  • Renforcer la force brutale de répression (flash-ball, taser, drones en préparation etc.).
  • Le bon citoyen doit être obéissant comme un mouton.
  • Renforcer la capacité répressive des lois (récidive, peines plancher, etc.) en généralisant ce qui est d'abord obtenu sur des cas qui soulèvent l'indignation facile des foules (prélèvement ADN d'abord pour les délinquants sexuels, puis tous les délits.... sauf les délits financiers).
  • Dans l'ombre par contre, avance une politique de dépénalisation des délits du patronat ou de la finance.

20. Effet scientisme

  • Les fausses sciences simplistes ont l'attrait du public, et elles peuvent permettre de défendre les thèses les plus inacceptables et ouvrir la porte aux dérives
  • Les tentatives de mélange de la justice à la médecine (recherche d'hérédité des comportements délinquants par l'ADN, jugement des fous, ...) vont dans ce sens.
  • Cette méthode a déjà été utilisée avec succès par d'autres régimes totalitaires.

21. Effet va t'en guerre

  • Désigner un ennemi, l'Iran, de façon à préparer la guerre, qui est un des meilleurs moyens d'appliquer des lois liberticides et de masquer les faillites économiques.

22. Effet Sommeil

  • C'est l'ingrédient de base, nécessaire pour faire fonctionner l'ensemble. L'individu noyé par tous les procédés précédents est abreuvé par le matraquage de la publicité et la fascination de la consommation, les jeux, les grandes manifestations sportives, les pages Internet ineptes ...
  • C'est l'effet qui permet aux autres de fonctionner, c'est donc par là qu'il faut réagir en urgence. Voir la peur de sortir des cauchemars programmés, et affirmer la vie et la liberté, en échangeant, partageant, aimant...

Toute ressemblance de cette liste avec des techniques de manipulation sectaires est purement fortuite (vous croyez?).

Mélangez toutes ces techniques avec opportunisme, et on a tous les ingrédients d'une guérilla accélérée contre la démocratie, la liberté et la solidarité. Le plan global n'est jamais dévoilé mais apparaît en filigrane : c'est l'anéantissement des notions de justice et de solidarité, l'asservissement total à l'argent et le verrouillage définitif de l'élite qui possède d'ores et déjà la planète, dans un contexte d'urgence dû à l'amenuisement des ressources globales. Cette politique va conduire à des extrémismes.

À Asnières, nous y sommes.

Préparez-vous à travailler pour les députés UMP godillots

Le buzz sur le statut soviétique des apparatchiks de l'Assemblée nationale démarre. Civicite.free.fr vous avait déjà informé en mars dernier... De quoi s'agit-il ? Petit rappel :

Les députés se sont arrogé un golden parachute inouï sous la présidence et la bénédiction de Jean-Louis Debré et son maître de la rupture tranquille, Nicolas Sarkozy : un député non réélu coûte désormais 417 120 euros (60 mois x 6952 euros) aux contribuables.

Mais pourquoi 60 mois ? C'est précisément le temps d'une alternance législative (5 ans). Et pendant ce temps, Nicolas Sarkozy nous parle des efforts que devront consentir les Français pour réduire la dette ?

Depuis le 1er février 2007, les indemnités mensuelles brutes sont les suivantes :

- Indemnité de base : 5 400, 32 euros
- Indemnité de résidence (3 %) : 162, 01 euros
- Indemnité de fonction (25 % du total) : 1 390, 58 euros

Soit ce brut mensuel 6952,91 euros. Il faut quand même prendre en considération quelques retenues obligatoires devant être déduites du brut mensuel, ce qui laisse un net mensuel de 5177,66 euros. Une misère...

Sans oublier les 100 000 euros à discrétion (pendant les 5 ans de mandat) sur la réserve parlementaire... Ne rêvez pas : Manuel Aeschlimann n'est pas un bon parti : il est déjà marié. Le ménage est plus que cumulard : indemnités de maire, d'adjointe au maire, de député, d'assistante parlementaire, de conseillère régionale. Ça va ? Ça va. Et avec ça, comment se porte la ville d'Asnières-sur-Seine ? Elle est à deux doigts de la faillite et du naufrage.

Oppression, répression, expulsion

Le député-maire d'Asnières n'est pas un lâche : il est aux abonnés absents pendant que des dizaines de familles africaines se font expulser de leur hôtel, se font charger par les forces de l'ordre et sont obligées de passer la nuit dans le froid, sur le trottoir, femmes, enfants, nourrissons. Aucune aide. Rien.

Le député-maire d'Asnières est-il un positiviste du bois dont on fait les démocratures ? Il signe un arrêté d'expulsion. Et alors ? Il n'est pas responsable de la célérité des forces aux ordres du préfet des Hauts-de-Seine pour déloger des familles des mains d'un marchand se sommeil.

Manuel Aeschlimann et son équipe vous souhaitent de bonnes vacances. Il est UMP sarkoziste, sans cœur et non exempt de reproches.

Des dizaines de familles se retrouvent dans une situation de précarité effarante, inhumaine, odieuse. Mais après tout, ce ne sont que de sales étrangers sans carte d'électeur qui ne voteront donc jamais pour lui...

Il faut virer ce mec. Il faut sauver ces familles, ces hommes, ces femmes, ces enfants. Rendez-vous samedi à 12 heures devant le refuge Le Havre boulevard Voltaire.

Il n'est pas le président de tous les Français

Lundi 14 mai, à partir de 14 heures, l'UMP réunira son Conseil national en présence du président élu Nicolas Sarkozy (officiellement confirmé aujourd'hui). Il n'y a que dans les dictatures où l'on voit le président d'un pays conserver ses fonctions de président du parti dominateur et assister à son conseil national. Il n'est décidément pas mon président.

Dernier sondage BVA du vendredi 4 mai

Nicolas Sarkozy se voit crédité de 55% des intentions de vote. Selon BVA, il bénéficie d'un moindre report des voix des électeurs de François Bayrou en faveur de Ségolène Royal (41%) : 38% choisissent en effet Nicolas Sarkozy. Le candidat bénéficiera massivement des voix lepénistes (68%).

82% des inscrits sur les listes électorales disent avoir fait le choix de leur candidat. 50% souhaitent qu’il soit élu, contre 39% pour Ségolène Royal. 72% des Français le voient gagnant (16% voient Ségolène Royal élue).

Les machines électroniques à voter accentueront la tendance.

Le scandale des machines à voter

Plusieurs témoignages me parviennent : de nombreuses machines électroniques à voter sont manipulées par des agents municipaux à la solde d'une clique d'élus. Plusieurs électeurs en situation de faiblesse n'ont pas voté personnellement. Ce sont des agents communaux qui ont actionné la machine à leur place.

La fraude à grande échelle se profile. Des machines et des puces programmées par un personnel qui n'apporte aucun gage d'impartialité, des agents qui votent à la place des électeurs : merci Monsieur Sarkozy. Avec vous, c'est clair, le pire arrive.

Chers lecteurs, notez toutes les atteintes au scrutin secret. Témoignez, rapprochez-vous des élus qui défendent les valeurs de la République et de la démocratie. De tels manquements profilent ce que sera la France d'après : une démocrature.

Le national-sarkozysme est en marche

Rachida Dati est une des propagandistes du candidat Nicolas Sarkozy. En février dernier, elle participe à un débat organisé par Paul Wermus pour l’Agence Point du jour et l’opposant à Bruno Julliar, président de l’UNEF (Union Nationale des Etudiants de France). Reprenant Paul Wermus qui appelait Rachida Dati “madame la ministre”, le syndicaliste étudiant demande : “ministre de quoi ?” - Ministre de la rénovation urbaine au Kärcher”, répond Rachida Dati. Ach ! Gnädige Frau, die Sehnsucht !

Des élections truquées

Les grandes manoeuvres du national-sarkozysme (ou de l'internationale sarkozyste, si vous préférez, mais il manquerait alors le côté national-identitaire), ça va commencer dans moins de quinze jours avec des élections truquées, des urnes électroniques hautement corruptibles.

Le travail de sape du NS a débuté depuis plusieurs années, avec le musèlement de la presse ; rappelez-vous ce que déclarait Nicolas Sarkozy dès 2005 : «J'ai tous les patrons de presse avec moi.» (cité par Le Canard Enchaîné, 18/05/05, repris par Les renseignements généreux).

Je connais un mec, pas bien grand, d'origine étrangère, qui n'aimait pas les pédés, les Noirs ni les Arabes. Je ne parle pas des Juifs. Il se servait des Musulmans pour les mettre en première ligne avec un bel uniforme et un fez. Il voulait aussi purifier la race, se débarrasser des déviants, des fous, des dégénérés.

Comme à Asnières-sur-Seine, ce mec inventait des sectes pour éliminer et exterminer ses opposants. Dans le même temps, il imposait la sienne, apocalyptique.

Le NS va choisir les enfants qui auront le droit de vivre (déterminisme/discrimination génétique), il va sélectionner les enfants méritants pour les envoyer dans ses casernes des élites de la collaboration.

Une arme secrète

Une arme secrète, déjà expérimentée et éprouvée, sera étendue à l'ensemble des banlieues. Il s'agit du soutien massif des sectes qui lui font allégeance (jehovadrouille, scientopatouille, etc.) et de la consolidation d'un réseau de bars clandestins pour la vente de psychotropes et d'alcool : c'est la parfaite alchimie pour laver les cerveaux et laminer tout esprit de révolte.

Pour faire baisser la criminalité, le mieux, c'est d'en prendre le commandement.

Les opposants seront traqués par tous les moyens. Ce que veut le NS ? Transformer la France en jardin d'enfants militarisé dirigé par un clan. Champagne, maîtresses et petites trahisons entre requins et anguilles. Tout celà a un coût : se soumettre à son tour au totalitarisme de George W Bush.

Visitez les laboratoires du NS. Voyez par vous-même avant qu'il ne soit trop tard.

Les barbares : Jamel le CRS

jamel le crsJamel est policier et travaille sous les ordres de Nicolas Sarkozy. L'idée de devenir CRS est née du ras-le-bol d'être contrôlé 10 fois par jour pour rien, d'être humilié et insulté, d'assister à la brutalité des policiers contre les jeunes des cités. Plutôt que d'insulter ou de caillasser des flics, de lancer des cocktails Molotov ou de brûler des voitures, Jamel a choisi une révolte intelligente : devenir flic. Ensuite, pour lui, c'est le cauchemar. Il en a fait un livre.

Qu'a fait Nicolas sarkozy durant toutes ces années au pouvoir ? Multiplier les lois qui laminent les droits de la défense, multiplier les fichiers attentatoires aux libertés, diviser les Français en fonction de leurs origines ou de leur religion, insulter les personnes, favoriser la création de milices et assimilés (cf. Asnières-sur-Seine). Au-delà d'un réquisitoire contre la police, il faut comprendre le bouquin de Jamel comme la dénonciation de la barbarie en marche, le sarkozysme et sa rupture tranquille avec la Démocratie.

Si le chef est un barbare, ses troupes se comportent comme des barbares : racisme, violence, exactions (ou bavures en langage policé). La France d'après que nous promet Nicolas Sarkozy est une France d'exclus miséreux, de classes moyennes oppressées, de retraités exsangues. Plus une caste de Saigneurs au-dessus des lois et avec des privilèges iniques au regard du service minimal qu'ils rendent à la Nation.

Voir : JAMEL LE CRS, révélations sur la police de Sarkozy, Editions Duboiris, 176 pages, 15euros

Boulogne-Billancourt : insultes entre amis

Pierre Catalan est très en colère contre notre parti commun, l'UMP. Il est très en colère parce qu'il est très jeune. Il faut qu'il se calme. Cécilia, la première dame de Nicolas Sarkozy, estime qu'il (N. Sarkozy) est entouré par une bande de branquignoles. Vous avez vu quelqu'un faire un collapsus après cette déclaration fracassante ? Non.

Pierre Catalan ne met pas de mots sur ce qu'il subit : la diffamation, la calomnie, la censure, les insultes et la violence, c'est tout simplement et odieusement ça, le fascisme de la France d'après dont nous menace Nicolas Sarkozy avec ses préfaciers fascistes, son Manuel Aeschlimann mis en examen, son Balkany exonéré de 230 K€, son Santini de la dernière heure. Et j'en passe.

Un candidat qui a la trouille de rencontrer les banlieues en dehors de la place Beauvau, c'est la confusion des genres, c'est la démocrature en marche. Que Jacques Chirac se redresse et dénonce cette forfaiture. Que Jean-Louis Borloo récuse haut et fort ce Sarkozy. Non. Non et Non : l'UMP ne doit pas cautionner les dérives autocratiques d'un mec qui bafoue les principes fondamentaux de la République jusque dans la moindre section.

Censure : ils ne pensent qu'à ça.

affiche RSFJe viens de lire sur Agoravox ces quelques lignes : «Droit de réponse de Dominique Ambiel - Je poursuivrai pour diffamation toute personne qui inscrira sur le site d'Agoravox toute contre-vérité.» Dans son contexte ou hors contexte, la violence de cette phrase est absolue.

Je viens d'entendre ce matin à la radio que Pascal Clément, le ministre de la Justice, se dit choqué par les propos de Philippe Bidart et qu'il n'exclut pas des poursuites contre cet ancien chef du mouvement indépendantiste basque Iparretarrak.

Je relis la proposition de loi faite en 2006 par Jean-Marc Roubaud (député UMP) pour durcir la loi de 1881 «Tout discours, cri, menace, écrit, imprimé, dessin ou affiche outrageant, portant atteinte volontairement aux fondements des religions, est une injure.»

Je relis un article de Libération de 2006 : «Le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres a déclaré : «[...] je compte bien, par exemple, m'attaquer un jour au problème de la presse et de l'Internet. C'est un autre sujet capital parce qu'il n'y aura pas d'information de qualité sur l'Internet sans de vraies signatures, de vrais acteurs dont c'est le métier.»

Ce bourdonnement contre la liberté d'expression n'est que le prémice d'une démocrature en marche silencieuse. Avec Nicolas Sarkozy, tout devient possible, à commencer par se taire.

Illustration : affiche Reporters sans frontière


Page précédente | Page suivante


Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

2249v