Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Sarkozy instaure la peine de mort par expulsion

guillotin UMPSelon Le Monde, en un mois, trois étrangers malades ont été expulsés contre l'avis de médecins inspecteurs de santé publique. Un exemple : le 3 janvier, un Comorien a été expulsé alors que le médecin-inspecteur saisi par le service médical du centre de rétention du Mesnil-Amelot, avait alerté les autorités sous tutelle du ministère de l'intérieur des conséquences que son renvoi pourrait entraîner, la poursuite de traitement n'étant pas possible aux Comores.Plus d'info : Le Monde.

Il n'est pas nécessaire de restaurer la Veuve, notre bonne vieille guillotine : le cocktail oppression, répression, exclusion, expulsion suffit. Pour l'heure, je m'en moque, puisque cela ne concerne que les étrangers, les marginaux, les cloches. Je m'en moque comme Enrico Macias qui déclare tranquillement que Nicolas Sarkozy est un humaniste. Je m'en moque, il s'en moque jusqu'au jour où...

Combien de sales étrangers, de sales métèques en situation irrégulière et gravement malades pourrions-nous sauver, avec les 200+ K€ de M. Balkany (UMP sarkozyste) ou avec le budget de propagande frénétique de Manuel Aeschlimann (UMP sarkozyste) ? Combien de sales êtres humains sauverions-nous ? La mondialisation, cela ne vaut pas que pour les flux financiers. L'humanisme, M. Macias, il n'est pas dans les lois scélérates de votre ami.

«Je suis un post-fasciste»

testimonianza«I was born in 1952, I am a post-fascist and I hope that Italy stops talking about fascism and anti-fascism» Gianfranco Fini en 1994 (cité par la BBC). Traduction : «Je suis né en 1952, je suis un post-fasciste et je souhaite que l'Italie arrête de parler de fascisme et d'antifascisme.»

Gianfranco Fini est le président de l'Alliance nationale, née en 1994 du Mouvement social italien (MSI), lui-même héritier du mouvement fasciste de Bénito Mussolini, figure emblématique du mouvement fasciste.

Ce même Gianfranco Fini signe la préface de la traduction italienne du livre de Nicolas Sarkozy, Testimonianza (source et plus d'info : renover-maintenant.org)

Levallois-Perret efface la dette de Balkany

Le maire UMP sarkozyste Patrick Balkany devait encore 230.865,57 euros à sa commune après sa condamnation pour avoir employé illégalement trois employés municipaux à son service personnel. Le conseil municipal raye donc cette dette d'un trait de plume. Elle est pas belle la vie ? Allez maintenant annoncer ça aux ménages sur-endettés et aux victimes des radars automatiques.

Alerte générale à la fraude électorale électronique

Entre un et deux millions d'électeurs vont être obligés de voter électroniquement aux prochaines élections sur le territoire Français. Les départements les plus concernés sont comme par hasard les Hauts-de-Seine (380 000 électeurs sur 16 communes) et les Alpes maritimes (400 000 électeurs sur 10 communes).

Comme le vote sur internet, les machines électroniques à voter ne sont pas fiables, elle peuvent être trafiquées : les expériences de vote sur internet avec l'UMP ont démontré que la fraude est possible. Le vote électronique aux États-Unis d'Amérique du Nord démontre que le système n'est absolument pas fiable. La dizaine de pays qui y recourent enregistrent de très et de trop nombreux incidents.

Les électeurs du Sarkoland et de l'Estrosie sont pris en otage : pas de concertation, pas de tiers de confiance. Ils sont mis devant le risque absolu : celui d'une fraude électronique massive aux prochaines élections.

Si Nicolas Sarkozy passe, ce sera la dernière fois que certains d'entre nous auront voté en toute transparence. Il n'y aura plus jamais d'élection loyale.

Plus d'info sur :
- mon92.com
- Polémique autour d'un vote en ligne à l'UMP
- Les élections en ligne de l'UMP contestées
- Vote électronique: progrès ou péril démocratique ? (selon Chantal Enguehard, maître de conférences en informatique au LINA, «à aucun moment l'électeur ne peut vérifier que son vote a été effectivement bien noté [...] ni participer au dépouillement puisque l'ordinateur le réalise en toute opacité sans qu'il soit possible de vérifier ses résultats.»)
- Machines à voter : recette pour une fraude électorale parfaite (ce procédé est antidémocratique car il autorise une fraude indétectable. Impossible !, arguent les fabricants. Ah, bon, impossible ? Chiche, a répondu l’informaticien néerlandais Rop Gonggrijp. Il s’est procuré une machine à voter et nous a montré comment procéder.)

Parrainages : les maires sous la pression des partis

Une courte vidéo de Nicolas Dupont-Aignan à propos des parrainage et de la mise sous pression des maires :

Le député-maire UMP sarkozyste d'Asnières-sur-Seine, Manuel Aeschlimann, doit bien rire avec sa proposition de loi n° 2574 qui vise à rendre publique l'intégralité des noms et qualités des citoyens qui ont présenté au Conseil constitutionnel un candidat à l'élection présidentielle ou sa proposition de loi n° 1570 qui entend réformer les modes de scrutin des élections législatives, cantonales, municipales et régionales.

Sans nul doute, sa prochaine proposition de loi sera d'interdire plus d'un candidat par élection. Un seul candidat, lui-même. Un seul élu, lui-même. Le cumul des mandats, pour lui seul. L'impunité et l'immunité, pour lui tout seul. Ce bon ami de Nicolas Sarkozy me fait craindre le pire pour l'avenir de la démocratie.

Tout devient possible : politiser la justice

Le juge Renaud Van Ruymbeke est renvoyé par Pascal Clément, le ministre de la justice, devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Cette décision ne peut que surprendre puisque le rapport du Premier président de la cour d'appel de Paris, un magistrat indépendant, avait conclu en septembre à l'absence de fautes pouvant donner lieu à des sanctions disciplinaires. De son côté, l'ISJ (Inspection générale des services judiciaires) souligne que le juge a «agi dans le souci exclusif de la recherche de la vérité.» Renaud Van Ruymbeke estime qu'il s'agit d'une «décision politique sans surprise» après les attaques de Nicolas Sarkozy contre lui dans le dossier Clearstream.

Tout devient possible : détourner la BRDP

Idi Amin DadaL'animateur du blog Vie militante vient de recevoir un courrier de la Préfecture de Police : une convocation de la BRDP (Brigade de la Répression de la Délinquance aux Personnes).

Son blog et une vidéo sur un collage d'affiches anti-sarko chiffonneraient-ils le ministre président candidat ? Le blogueur ne sait pas exactement ce qu'on lui reproche. Peut-être de respirer ? Maître Eolas s'étonne que la BRDP s'occupe d'un tel dossier.

Mais, habitant à Asnières-sur-Seine, le laboratoire des idées de Nicolas Sarkozy, je ne m'étonne plus de rien. 0n y passe les uns après les autres. On y passera tous.

Hauts-de-Seine : Bernard Gahnassia trahit Borloo ?

Le Parti radical valoisien attend que fin février, Jean-Louis Borloo se décide ou non de se présenter à l'élection présidentielle lors de son congrès extraordinaire.

Mais Bernard Gahnassia, le président de la fédération du parti radical des Hauts-de-Seine en a décidé autrement. Il entend que ses godillots soutiennent massivement Nicolas Sarkozy. Il s'en explique entre les lignes : 30 candidats radicaux ont déjà été investis par l’UMP lors du conseil national du mois de novembre dernier. Dont lui probablement.

Bernard Gahnassia demande de soutenir tous les candidats soutenus par l'UMP. Soutenir le député-maire UMP sarkozyste mis en examen, Manuel Aeschlimann ? Ça va pas la tête ?

Enfin, Bernard Gahnassia ordonne à ses militants de ne pas entamer de négociation personnelle, or c'est déjà chose faite dans nombre de villes bizarroïdes, comme Puteaux m'apprend-on.

Le seul candidat capable de rassembler le plus grand nombre de Françaises et de Français, c'est Jean-Louis Borloo que Bernard Gahnassia flingue à vue. Il ouvre ainsi la voie présidentielle à Ségolène Royal. Et à la réflexion, plutôt Ségolène que Nicolas et ses coquins des Hauts-de-Seine. Plutôt le rose que la dictature, le népotisme, le clientélisme, le communautarisme et le fascisme rampant.

Asnières : l'occasion ratée de l'UDF

Asnières-sur-Seine est le laboratoire des idées de Nicolas Sarkozy. Nous y expérimentons le communautarisme, le robinet d'eau tiède, le népotisme, la judiciarisation du débat politique (slapping), le détournement des caméras de surveillance à des fins partisanes, l'intimidation et la censure de l'opposition.

Ce que l'on appelle ici «le système Aeschlimann» ou encore «l'Aeschlimanie» expérimente régulièrement le baiser du boa avec l'UDF. Laurent Trupin en fait l'expérience douloureuse in vivo.

le baiser du boa
Marie-Dominique Aeschlimann - Laurent Trupin - Manuel Aeschlimann
ou le sandwitch asniérois (illustration asnierois.info)

Le colombien Laurent Trupin inaugurait en effet samedi dernier sa permanence UDF, le parti libre. Soit il ne connaît pas le particularisme asniérois, soit il a subi des pressions. En tout état de cause, il a invité Manuel Aeschlimann et son équipe d'élus UMP et UDF suis generi, sortes de cultivars solubles dans le communautarisme.

Le lancement est raté. C'est le sabordage de la flotte UDF à Asnières. Ses matelots dénoncent qu'à Asnières, «la démocratie à Asnières n'est plus en fonction.» Message fort.

En revanche, l'opération «barbarossa» du député-maire sarkozyste d'Asnières est un succès : torpillage du couple Laurent Trupin/Christian Leblond (à préciser), adoubement d'Aeschlimann par Bernard Le Hideux (sénateur UDF), démolition de l'image de François Bayrou.

S'il avait résisté contre l'invasion des troupes d'Aeschlimann dans son local de campagne, Laurent Trupin pouvait éventuellement incarner le candidat d'un parti libre et rassembleur. Il pouvait espérer jouer le rôle de catalyseur de l'opposition de droite et centriste asniéroise, mais aussi d'électeurs dont la sensibilité est de gauche. Il pouvait jouer un rôle moteur.

C'est raté. Les Asniéroises et les Asniérois sauront que leur libération du joug Aeschlimann ne passera pas par l'UDF, pas par Laurent Trupin. La scélose et la cécité des partis montre ses limites. Le sursaut viendra-t-il des citoyens ?

Saddam Hussein et les moutons de Sarkozy

Selon l'AFP du 28 décembre 2006, Nicolas Sarkozy, a affirmé souhaiter que les abattoirs hallal s'engagent à étourdir les animaux avant leur sacrifice. Le dictateur Saddam Hussein n'a pas bénéficié de la même attention.

Lire : Saddam Hussein et les moutons de Sarkozy


Page précédente | Page suivante


Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

945v