Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Revenons ensuite sur nos opinions...

Une lectrice sarkozyste des environs de Neuilly expédie ce message sans formule de politesse : «Quant à vous, quelle légitimité avez-vous à contester un vote reconnu ? Je ne pense pas que les médias aient en rien aidé M. Sarkozy, il n'est qu'à observer le nombre de journaux qui l'ont décrié. Cependant, à présent qu'il est président, ne croyez-vous pas plus utile de faire le pari de la confiance ? Laissons lui cinq ans, laissons le faire des réformes pour dynamiser l'économie, l'université, le marché du travail, et revenons ensuite sur nos opinions.

La liberté d'expression et la liberté d'opinion sont des principes fondamentaux de la République. Ces libertés assoient la légitimité de tout citoyen à la contestation. Sans liberté de contester, il n'y aurait pas de démocratie. J'ai toujours contesté la peine de mort, alors que c'était une peine reconnue.

Cette lectrice à oeillères bienveillantes propose en quelque sorte un moratoire de cinq ans sur la liberté d'opinion : pas de critique, pas d'analyse, pas d'expression. Se soumettre comme des moutons à un Big brother impitoyable ? Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas déclaré : «L'idéal serait de tout savoir sur chaque citoyen.» (France 3 0uest).

Nicolas Sarkozy n'est pas un homme qui parle à la légère. Il a déclaré : «J'ai tous les patrons de presse avec moi.» Ça ne s'invente pas.

La démocratie n'est pas un jeu, l'idée même d'un pari de la confiance ne peut provenir que de politiciens qui transforment l'électeur en consommateur de jeux de hasard et vantent le vote sur enjeu pour pallier le vide de leur projet politique et pour masquer cette Hybris qui les dévore.

L'avenir que dessine le sarkozysme, c'est une France tournée vers l'Amérique de Bush et de la banlieue de Blair, perméable aux fonds de pension qui exigent des profits à 2 chiffres, une université privatisée, un emploi sinistré, précarisé et délocalisé, une présidence servile avec les riches, ignoble avec les pauvres.

Silence ! On opprime !



Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

327v