Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Asnières : Sarkozy, panique et désertion

La grève des blogs est un succès. Nicolas Sarkozy était attendu par les militants UMP pour la traditionnelle galette des rois. Il n'est pas venu. Il a écrit un courrier d'excuse, après que ses services de police politique eurent pris connaissance de la grève des blogs d'Asnières. Voici un extrait de la lettre qui m'a été remise :

LE PRÉSIDENT
Chers Manuel et Marie-Dominique,
Mes chers amis Asniérois,
Comme chaque année depuis 1999, je suis à vos côtés pour fêter la galette des rois. Je n'ai jamais manqué à cette tradition chaleureuse et je me faisais un plaisir de vous retrouver une nouvelle fois. [...]
Chers Manuel et Marie-Dominique, je vous demande d'être aujourd'hui mes interprètes. Je vous adresse à cet effet, un message que je vous laisse le soin de prononcer en mon nom.

Nicolas Sarkozy a reculé et n'est pas venu. Nous lui demandions seulement de prendre position sur les dérives antidémocratiques du système Aeschlimann. Comme réponse, il s'esquive. En revanche, pour retrouver le scooter de son fils, il mobilise la police scientifique, la recherche ADN, comme pour les plus grands crimes. Nicolas Sarkozy ne sait pas hiérarchiser les priorités : lui d'abord, les Asniérois ensuite.

Nicolas Sarkozy laisse clairement entendre que l'UMP n'est plus un parti de compagnons, mais un parti de copains («Mes chers amis») et d'élites qui ont pour nom, Manuel et Marie-Dominique, les Caucescu du communautarisme et du naufrage de notre Ville.

Ce samedi 27 au soir, l'espace Concorde était transformé en camp retranché. La rue de la Concorde était barrée, des gyrophares partout, des gros bras, des brassards. Pourquoi ? Pour une galette de militants du parti dominateur ? Des dizaines de jeunes gens ont été alignés contre un mur, contrôlés par une armée de policiers. Qu'avaient-ils fait ? Rien selon les témoins. Ils ont été reconduits dans leurs Quartiers Nord (ce quartiers que le couple Aeschlimann s'évertue à dénommer «Hauts d'Asnières» pour faciliter des opérations immobilières de prestige, avec comme vis-à-vis, un incinérateur et un paysage industriel).

Ces jeunes gens étaient blacks. Le système Aeschlimann pratique ainsi le communautarisme positif : les Noirs en Haut, les politicards cumulards de l'UMP sarkozyste au Sud. Les jeunes gens étaient atterrés. Abasourdis. «Mais ce n'est pas normal !» - «Que voulez-vous qu'on fasse ?» La démocrature, l'oppression et l'exclusion, c'était ce soir, à Asnières-sur-Seine. Bravo Monsieur le Maire.

Nicolas Sarkozy a déserté. Le système Aeschlimann a paniqué. La mobilisation des blogueurs d'Asnières et le soutien massif qu'ils ont reçu leur a donné raison : Asnières-sur-Seine n'est plus en République. La démocratie est à l'agonie. Le droit de circuler librement est violé. Le silence et l'absence de Nicolas Sarkozy sont complices. Nous attendons toujours des explications : et donc la grève des blogs est un demi-succès. La démocratie participative du système Aeschlimann est une chimère.



Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

318v