Dur d'être UMP à Asnières

SERVILE AVEC LES PUISSANTS, IGNOBLE AVEC LES FAIBLES

Scoop : le tube de la campagne de Sarkozy


Vous me subirez... Ad libidum [da kapo]

Copé aux abois

Copé vient de m'écrire : «Avec quelques 2,5 millions de votants selon les dires du PS, la participation a été intéressante. Mais si on prend les 45 millions d'électeurs inscrits, à peine 5 électeurs sur 100 se sont déplacés pour voter aux primaires. A titre de comparaison, la braderie de Lille, chère à Martine Aubry, arrive à réunir chaque année 3 millions de visiteurs...» (je vous laisse repérer les fautes d'orthographe de ce texte indigent)

Mais Copé n'a rien compris : lui et son pote Sarko viennent de se prendre dans les gencives la plus grosse manifestation anti-UMP du XXIème siècle : 2,5 millions de manifestants sages et silencieux, toutes tendances politiques confondues, se sont déplacés pour choisir le meilleur héraut pour en finir avec ce régime honni, pour en finir avec ce régime liberticide, pour en finir avec l'impuissance gesticulatrice. L'UMP s'est pris une taule. Très grosse.

Mais Copé n'a toujours rien compris : des milliers d'encartés UMP n'ont pas accepté en 2007 de devoir choisir entre un sarko et un sarko strictement inéligible au regard du code électoral. Cliquez ici pour en savoir plus : Nicolas Sarkozy n'était pas inscrit sur les listes électorales au 1er janvier 2008. La France a un président illégitime, c'est une première. Il faut que ce soit une dernière.

L'UMP va dissoudre la loi de 1905 ?

François Fillon, 1er ministre sur RTL le 28 février : « Si ce débat devait être centré sur l’islam, si ce débat devait apparaître comme un débat qui d’une manière ou d’une autre conduit à stigmatiser les musulmans, je m’y opposerai. Je le dis très clairement, je m’y opposerai. En revanche, si le débat – comme je l’ai souhaité déjà d’ailleurs il y a plusieurs mois – est un débat qui vise à rénover le concept de laïcité, à adapter la laïcité française à une situation nouvelle que chacun connaît, et qui est posée par le fait qu’il y a aujourd’hui une religion, l’islam, qui est beaucoup plus importante sur le sol national qu’elle ne l’a été dans le passé, alors je pense que oui, c’est un débat qui est utile. Mais seulement dans ce cadre-là et donc je veillerai, à la place qui est la mienne, à faire en sorte que ce débat ne dérive pas. C’est certainement pas un débat sur l’islam, c’est un débat sur le concept de laïcité. Vous savez qu’il y a des questions qui se posent. La question des lieux de prières. Personne ne peut ignorer que la prière dans la rue, c’est lié au fait qu’il n’y a pas assez de lieux de prière. Comment est-ce qu’on finance les lieux de prières ? Voilà une question qui mérite d’être posée, qui ne doit pas être taboue. Il y a la question qui est posée, de la formation des imams. C’est une question que tout le monde connaît, qui est sur la table et qui n’a pas été correctement traitée. Ce sont des questions qui doivent être posées. »

Belle langue de bois du parfait faux-dèrche : notre laïcité est «adaptée» à l’islam, de même qu'elle l’a été et l’est toujours été pour toutes les religions ; il n’y a aucune raison d’en faire une nouvelle version «adaptée»» aux adorateurs de Mahomet, pas plus que de Jésus ou autres prophètes et messagers.

Le fait que François Fillon lie clairement cette «adaptation» qu’il souhaite au financement des mosquées et à la formation des imams est l’aveu que le projet qu’il partage avec Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé est bien de liquider le principe de séparation de l’État et de l’Église (ou plutôt de l’État et de l'Islam) pour faire payer d’une manière ou d’une autre par le contribuable les «lieux de culte».

Les médias ont surtout parlé de la volonté de Fillon à ne pas «stigmatiser» les musulmans. Ils ont bien occulté le principal, à savoir, la suppression de l’article 2 de la loi de 1905 sans lequel la loi devient une coquille vide. Et pendant ce temps, nous discuterions sur «l’intégrisme laïcard» ! On se moque de qui ?

Un courriel de M. Copé

Le courriel de M. Copé s'accompagne d'une très belle photo qu'il déplore. Sans doute pas autant que moi. La voici, sa photo :

Voici ce qu'il écrit : «Que les socialistes n’aient pas de projet est une chose, qu’ils essaient d’occuper la scène médiatique en essayant d’assimiler le Président de la République à Hitler est honteux et insultant, pour nos institutions, pour notre pays et pour les victimes de la barbarie nazie !»

Non, Monsieur Copé, ce n'est pas une allusion au nazisme, mais probablement à son bouquin préfacé en Italie par un post-fasciste. Souvenez-vous, c'était en... 2007. Le salut romain impromptu, on fige l'instant sur l'argentique, quoi. Au détour d'un discours sérieux et responsable. Mais pour la préface de Gianfranco Fini... Devoir de mémoire.


Duce ! Duce ! Devoir de mémoire.

Jean-François, ton UMP va droit au mur. Soutenir les dictatures à l'insu de son plein gré, devenir le bouffon de la diplomatie internationale, humilier la police et la magistrature, oppresser les administrés, protéger les mauvais élèves de l'UMP, tu vas au naufrage. Dissous ton parti. Organise des élections présidentielles anticipées. La France mérite mieux que cette raillerie internationale et cette déréliction quotidienne.

La délation nous rend fort

La délation nous rend fort est une contrepèterie en hommage à Rachida pour ses oeuvres et à Manuel pour son courrier à Brice. On n'en peut plus. C'est quand qu'on bouge avant de se les prendre et de se les mordre à deux mains ?

Il ne faut pas critiquer le président des français UMP

À lire sur le blog Halte au complot contre Villepin : l'équipe du blog "Halte au complot contre Villepin", apporte un soutien sans faille à Jean-Pierre Grand, député de l'Hérault, proche de Dominique de Villepin qui a été suspendu hier de l'UMP. Face à cette décision tout à fait inacceptable à nos yeux, nous lui réaffirmons tout notre soutien, notre amitié et nous demandons au bureau politique de l'UMP de garantir le respect de la diversité et la liberté d'opinion au sein du parti majoritaire. Cette décision est très grave et lourde de conséquence c'est une attaque contre les villepinistes.

L'UMP a en effet annoncé, mercredi 5 décembre,"la suspension immédiate" du député UMP de l'Hérault, Jean-Pierre Grand, un partisan de Dominique de Villepin, pour avoir critiqué des propos tenus par Nicolas Sarkozy en Algérie. Le chef de l'Etat avait dénoncé lundi à Alger le système colonial et appelé à combattre à la fois le racisme, l'antisémitisme et l'islamophobie. M. Grand a regretté le lendemain des déclarations qui, selon lui, contribuent à "raviver le débat (...) à la veille du 5 décembre", journée "d'hommage, de mémoire à l'action de la France outre-mer et en particulier en Algérie". Le député a également rendu hommage à "l'amour des rapatriés pour leur terre et qui ont contribué pendant un siècle à l'œuvre civilisatrice de la France".

Quelle tristesse

Pendant que Manuel Aeschlimann se rendait hier soir au pince-fesses élyséen organisé par Nicolas Sarkozy, le premier président de l'UMP élu au suffrage universel (comprenez qu'il a été élu par des Français, mais n'est pas le président de tous les Français) puisqu'il n'a invité (sur nos impôts) que les députés UMP qu'il cocufie à longueur de jours, de semaines et de mois. Donc je reprends, pendant que Manuel Aeschlimann se rendait, en bon collaborateur actif du communautarisme, au pince-fesses de la communauté UMPiste, il y en a d'autres qui bossaient. Panafieu par exemple.

Françoise de Panafieu lançait en effet sa campagne pour les élections municipales 2008 à Paris, devant environ deux cents personnes, dans le XIXe arrondissement et, curieusement, pas dans son XVIIe. Il n'y avait pas de grand commis du sarkozysme triomphant (ils étaient tous à la soupe) : on se serait cru comme à Asnières, à la galette UMP de cette année, mais moins les vigiles, les milices, les polices et les soupeurs qui viennent chercher leur quignon de pain.

Le candidat UMP du XIXe, Jean-Jacques Giannesini, s'opposera très probablement lors des municipales, au maire socialiste Roger Madec. Giannesini a fait bonne impression, selon les messages que je viens de recevoir. Disons qu'il apparaît comme un homme de convictions, autant que Manuel Aeschlimann, le député-maire d'Asnières, apparaît comme un UMP en «peau de lapin» - pour pasticher l'expression célèbre à propos de Guy Mollet : «Ce socialiste en peau de lapin»

Bernard Debré n'ayant pas répondu à l'appel de civite.free.fr, j'appelle Jean-Jacques Giannesini à se présenter également à Asnières-sur-Seine (petite ville de banlieue), pour la débarrasser de son apparatchik, professionnel ennuyeux de la politique et du communautarisme. J'ai nommé Manuel Aeschlimann, son équipe et ses corbeaux.

Patrick DEVEDJIAN se lâche sur le Blog UMP

Cela se passe de commentaire : «Notre Parlement est faible, trop faible : il n’est pas maître de son ordre du jour, contrairement à la quasi-totalité des parlements démocratiques ; il n’a que peu de temps pour examiner la loi et donc il la consent plus qu’il ne la décide ; il ne peut l’amender que si l’exécutif le veut bien en raison notamment de la procédure du « vote bloqué » et de celle du 49-3 qui l’oblige à passer sous les fourches caudines du gouvernement ou à le renverser par la motion de censure.

«Comment s’étonner qu’un Parlement si faible soit souvent déserté dans les séances publiques ? Pourquoi venir des heures et des heures assister à un débat où l’on ne peut que lever la main, alors que le travail a eu lieu en commission, et qu’il y a, heureusement, d’autres façons d’être utiles (rapports, enquêtes, rencontres avec les électeurs…) ?» Quel aveu.

Une politique d'ouverture pour les municipales

Patrick Devedjian, secrétaire général délégué de l'UMP estime que l'ouverture appliquée par le président de la République doit «se prolonger à l'occasion des municipales. Les listes UMP doivent essayer d'accueillir non seulement des candidats représentatifs de la diversité du pays, mais aussi des personnes issues d'autres tendances politiques.»

Ce précédent devrait inciter les listes d'opposition de droite et de gauche d'Asnières à recruter les rares bons éléments de la liste Aeschlimann UMP afin de constituer un arc républicain capable de mettre l'aeschlimanie hors d'état de nuire lors des prochaines élections municipales 2008.

Vote sur la réforme des statuts de l'UMP : non !

Non ! La victoire de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République ne nécessite pas une nouvelle organisation de notre mouvement !

Pour chacun d'entre nous, Nicolas sarkozy ne demeure pas le président moral de l'UMP. Non ! Il ne convient pas d'adapter les statuts de l'UMP selon ses voeux !

Compagnons ! Retoquez le texte adopté par le Conseil national ! Vous voterez NON du lundi 10 septembre au dimanche 23 septembre 2007 contre cette réforme national-sarkozyste !

Cette réforme vise à transformer l'UMP en parti de carpettes et de godillots. Cette réforme vise à transformer chaque militant en zombie aux ordres d'un tyran. Non à cette réforme pétainiste !

Nos votes, chers Compagnons sachez-le, n'auront aucune valeur : ils seront une nouvelle fois broyés par les serveurs élecroniques incontrôlables par un tiers digne de confiance.

Robert, désolé, mais le culte du Chef, c'est NON. Vive la République. Vive la Démocratie ! Vive la Liberté !

Juppé, rentre chez toi

Alain Juppé est un homme surprenant. Celui qui a pris sa retraite (sonnante et trébuchante) juste avant de faire voter la loi sur les retraites qui a mis sur la paille des centaines de milliers de salariés, celui qui a été lourdement condamné, celui qui a fait financer son exil au Canada (si, si, rappelez-vous), celui qui a repris son siège à Bordeaux sans respecter les échéances électorales, celui que vous entendez se démener aujourd'hui, espère se raccrocher aux basque de Nicolas Sarkozy. Ça ne fait pas un peu trop, non ?

La rupture tranquille selon Maître Nicolas Sarkozy, spécialiste du béton et des expropriations, des insultes et des expulsions, c'est donc de remettre en selle de tels individus ? Juppé ! Rentre chez toi !

Sarkozy se moque du code de la route

À l'annonce de son élection, la voiture de Nicolas Sarkozy remonte la rue d'Enghien à contre-sens. Bravo : avec SArkozy, tout est possible, même montrer le mauvais exemple. Ce n'est que le début.


Page précédente | Page suivante


Généré par Pluxml | Maquillé par Kloobik sous licence CC
Mal retouché par Caton | Illustration de l'homme baillonné : rsf (fair use)
Hébergé par FREE - réclamation - 75371 PARIS CEDEX 08

476v